Pic 2 Go
Retrouvez vos photos


Les Conseils du Parrain - David ANTOINE

QUELQUES CONSEILS A J-15 !

Comme tout marathonien qui se respecte on arrive à l’approche de la date fatidique et ces deux semaines sont aussi importantes que les 8 ou 9 qui ont précédé dans le cadre d’une préparation correcte avant une telle épreuve. Le plus dur a été fait.

Désormais le marathonien ne doit pas faire d’erreurs pouvant nuire à une préparation qu’il aura minutieusement suivi durant environ deux mois.
La dernière semaine, c’est celle où il pourra s’octroyer deux à trois jours de repos complet, histoire de faire du jus comme on dit dans le jargon, arriver le jour J sur la ligne avec la motivation, l’envie, la « gnaque ».

Avoir fait le plein de glucides lents, notamment les 3, 4 derniers jours avant la course. Certains supplémentent avec l’absorption d’hydrates de carbone type carboload, boisson riche en hydrates de carbone bue durant les 3 jours précédents la course.
Bien s’hydrater donc mais ceci l’athlète sait qu’il doit le faire tout le temps, boire avant d’avoir soif est l’un des atouts pour éviter les crampes, les blessures et mieux récupérer. Un sommeil de qualité bien entendu. La dernière grosse séance comportant un assez gros kilométrage une douzaine de jours avant l’épreuve, la dernière semaine sera très allégée avec un petit footing pas trop long un jour sur deux, histoire de retrouver de la fraîcheur sans non plus tomber dans le farniente et de se sentir encroûté, garder des stimuli voilà ce que je veux exprimer.

On peut quand même se changer les idées, aller au cinéma sans rentrer trop tard, histoire de ne pas penser à la course, surtout ne pas se mettre de pression inutile.
A l’approche de l’événement, surtout à quelques heures du départ par exemple après le petit-déjeuner pris environ 3 heures avant le départ. Vérifier ses pieds, ongles bien coupés, taillés, application d’une crème type NOKE en prévention des ampoules, crème anti frottement au niveau des cuisses et des aisselles afin d’éviter les brûlures, pose de sparadraps sur les tétons. Il vaut mieux prévenir que guérir et s’assurer du plus grand confort possible.

Certains marathoniens sont adeptes de gels sucrés pris en course, si ceci est bien toléré au niveau gastrique pourquoi pas! A condition de l’avoir déjà expérimenté en compétition ou sur des sorties longues. Éviter de zapper les ravitaillements, boire ne serait-ce qu’une gorgée à chacun d’entre eux ne peut-être que salutaire.

Ensuite si la forme est là, y’a pas de raison que cela ne passe pas. Le mental fera le reste.
Bien respecter ses allures, ses temps de passage travaillés à maintes reprises aux entraînements, ne pas partir en sur régime. Etre humble et courageux, gérer son corps et être à l’écoute de ses sensations.

Je pense vous avoir communiqué de grandes lignes qui doivent vous aider à réaliser votre objectif pour certains de terminer, d’être un finisher pour d’autres de courir en 4 heures, 3 h 30’ etc....

Bon courage à tous.

David ANTOINE

  Partager l'évènement :